Le retrogaming, quand la nostalgie nous pousse à revivre les jeux vidéo de notre enfance

5 décembre 2020

Beaucoup préfèrent les jeux vidéo de leur enfance aux jeux ultra-réalistes des consoles de nouvelle génération. Le retrogaming est une véritable tendance qui attire de plus en plus d’adeptes.

Le retrogaming, une pratique ludique de plus en plus populaire © danielegay – stock.adobe.com

Le retrogaming est une activité qui consiste à jouer (ou plutôt à rejouer) à des jeux vidéo qui datent de notre enfance – un peu la madeleine de Proust de l’amateur de jeux vidéo. C’est principalement la nostalgie qui permet de générer une telle attractivité pour les jeux rétro, mais pas que…

Une définition très personnelle du retrogaming

Il n’existe pas une définition universelle du retrogaming, qui stipulerait que tel jeu ou telle console fait ou ne fait pas partie du retrogaming. Chacun a sa propre vision, et tout dépend de l’âge mais surtout de l’expérience personnelle de chacun face aux jeux vidéo.

Tout le monde n’a pas eu les mêmes consoles, tout le monde n’a pas joué aux mêmes jeux. Là ou les uns considèrent certains jeux comme des indispensables du retrogaming, d’autres préfèrent différents titres. Toutes les générations n’ont pas le même rapport au retrogaming. Ceux qui ont connu les prémices du jeu vidéo peuvent estimer que les consoles des années 2000 ne sont pas rétro, tandis que ceux qui ont grandi avec peuvent penser qu’elles représentent parfaitement le retrogaming.

Refaire plutôt que faire

Le plus souvent, l’objectif du retrogaming n’est pas de découvrir des jeux anciens. C’est plus souvent la redécouverte des jeux de son enfance qui intéresse. La nostalgie refait surface, on se remémore les souvenirs associés aux jeux, ou à la console concernée.

La culture du retrogaming, c’est aussi le fait de pouvoir échanger, discuter et partager avec d’autres gens qui ont joué aux mêmes jeux que vous durant leur enfance. Ce n’était pas forcément possible de communiquer à cette époque où le jeu en ligne n’existait simplement pas, ou n’était pas très développé.

Des titres qui font office de références

Les jeux les plus appréciés par les joueurs sont très souvent des séries. Les premiers jeux ont conquis un public qui est resté fidèle lors des sorties suivantes. Par exemple, le premier opus de la saga The Legend of Zelda, sortie en 1986 sur la Nintendo NES, fut un très grand succès : les 18 jeux qui ont suivi également, grâce à l’attachement entretenu des premiers joueurs. On peut évidement citer d’autres exemples comme Doom, Metal Gear Solid, Super Mario, FIFA ou encore Halo.

Des graphismes limités au charme intact

Lorsque l’on parle retrogaming, on s’éloigne forcément de la course au photoréalisme, avec des graphismes ultra développés, de la 4K et des effets spéciaux impressionnants. Mais finalement, est-ce que les graphismes d’époque ne donneraient pas un charme particulier à ces jeux qui ont bercé tant de personnes dans leur enfance ?

Beaucoup d’adeptes recherchent et apprécient le côté très pixellisés et les graphismes minimalistes des jeux populaires de l’époque.

Des solutions pour avoir plus facilement accès au retrogaming

L’accès aux jeux anciens n’est pas simple. Certains facteurs ont ainsi tendance à entraîner une hausse des prix du matériel d’époque.

  • la barrière technologique : le matériel actuel standard ne permet plus de jouer aux jeux considérés comme retrogaming, les télévisions ne possèdent plus de prises péritel, les consoles vendues neuves ne lisent plus les jeux anciens…
  • la rareté : les jeux et les consoles n’étant plus produits, le parc se réduit au fur et à mesure qu’ils cessent de fonctionner, devenant donc de plus en plus durs à trouver.
  • la place : si l’on souhaite retrouver exactement la même expérience de jeu, il faut retrouver le matériel adapté, ce qui inclue parfois des télévisions cathodiques, des consoles épaisses, des cartouches de jeux volumineuses, des bornes d’arcade…
  • la hype : la rareté est un facteur qui joue sur la hype, et donc sur le prix, car moins il y a de pièces, et plus les prix s’envolent. Le milieu du retrogaming est un milieu qui est fortement touché par la spéculation.

Il existe néanmoins des solutions pour pouvoir rejouer à vos jeux d’enfance sans nécessairement devoir racheter tout le matériel d’époque : les émulateurs.

Ces OS, souvent open source, disponibles sur PC, Odroid ou Raspberry Pi, permettent de vivre l’expérience retrogaming sans les contraintes – même si les collections de biens physiques plaisent à beaucoup de passionnés. Il existe plusieurs systèmes comme Batosera, Retropie ou encore Recalbox qui proposent ces logiciels pour faire revivre vos souvenirs sur des consoles, des premières bornes d’arcades aux PlayStation en passant par la NES ou la Megadrive.

La question des droits associés aux jeux est une problématique du retrogaming. Mais grâce à certains accords, cela évolue dans le bon sens : ainsi, Recalbox a récemment pu obtenir les droits de près de 150 jeux pour les proposer gratuitement sur sa version 7.0.

Recevez par email toute l’actualité du digital



Source link

agence de communication à Rennes

Le retrogaming, quand la nostalgie nous pousse à revivre les jeux vidéo de notre enfance
Mot clé :