Vers la fin du format jpeg ?

Alors que nous l’utilisons tous les jours sans y prêter attention, le format jpeg pourrait venir à disparaître. Retour sur ce format de compression historique.


seth-schwiet-40984 Vers la fin du format jpeg ?

Chaque jour sur Internet, sur nos téléphones ou nos appareils photo, nous générons des images au format jpeg, mais savons-nous à quoi correspond ce format ? Jpeg est un format d’enregistrement et un algorithme de compression pour les images fixes numériques. Si son véritable nom est ISO/CEI 10918-1 UIT-T Recommendation T.81 – rien que ça –, il est plus souvent désigné par l’acronyme jpeg qui signifie Joint Photographic Experts Group. Cet intitulé tire son origine du fait qu’il a été développé par un groupe d’une trentaine d’experts au début des années 1980, comité très officiel qui édite régulièrement les normes de compression pour l’image fixe.

Âgé de plus de 30 ans, le format jpeg est donc une petite relique, qui a réussi à ne pas tomber dans l’obsolescence trop vite. Il a surtout été démocratisé par Internet, puisqu’en proposant une compression relativement conséquente allant de 3 à 100, il permet de réduire la quantité de bande passante et a largement contribué à la diffusion d’images sur le Web. Si, dans sa forme la plus connue, il compresse le fichier de manière irréversible, entraînant une détérioration de l’image, il offre tout de même un bon rapport entre la qualité des fichiers et le poids de l’image (en Ko ou Mo).

La fin d’un règne ?

En photographie, la question : “faut-il photographier en jpeg ou en raw ?” est posée depuis plusieurs années. Pour être plus léger, la compression jpeg supprime des données des images, notamment certaines imperceptibles pour l’œil humain. À l’inverse, les fichiers raw – “brut” en anglais –, permettent de capturer toutes les informations brutes venant du capteur sans perte de données. Les raw permettent une plus grande souplesse en postproduction, mais les fichiers sont beaucoup plus lourds et ne peuvent pas s’ouvrir sans l’aide d’un logiciel de traitement. Si de nombreux logiciels et même certains téléphones se mettent à supporter le raw, c’est au photographe de choisir sous quel format il préfère prendre ses images, en fonction de la situation et de leur usage.

Toutefois, si le jpeg semble en voie d’extinction, ce n’est pas à cause du raw, puisque les deux formats de fichiers ont des finalités relativement différentes, mais surtout parce que d’autres systèmes de compression sont en train d’émerger, plus performants, rendant notre bon vieux .jpg obsolète.

Apple défend le .heic

Nous vous en parlions il y a quelques mois, Google est en train de développer Guetzli, un encodeur qui réduit le poids des fichiers sans perte de qualité. Apple, quant à lui, vient avec son iOS 11 de mettre en avant le format de fichier HEIF pour ses images. En effet, le High Efficiency Image File Format sera le nouveau format de compression proposé par défaut sur votre iPhone lorsqu’il s’agira d’enregistrer vos photos. Pas de panique, vous pourrez toujours modifier ce détail et enregistrer en jpeg, cependant, les .heic sembleraient plus efficaces. Plus léger et de meilleure qualité, le HEIF permet d’enregistrer à la fois des images, mais aussi toutes les métadonnées, des séquences animées, des couches d’informations liées à la transparence ou encore à la profondeur par exemple. Il pourrait donc tout à fait supplanter ce bon vieux jpeg.

Toutefois, bémol non négligeable, les fichiers heif ne sont pour l’instant pas lisibles sur d’autres supports que sur les terminaux Apple ayant l’iOS 11, ce qui peut créer de nombreux problèmes de compatibilité. Comme le souligne très justement le site Focus Numérique, Apple a déjà réussi à mettre aux oubliettes de nombreux outils comme la disquette, le lecteur de CD et actuellement le port USB classique. Le géant de l’informatique pourrait donc aisément révolutionner les formats de compression de nos fichiers. RIP jpeg, on t’aimait bien.

Source : konbini.com

Vers la fin du format jpeg ?